Le site de la compagnie théâtrale l'Amin
 

Bloom, cie Traü.me en résidence au TAG

Tout niquer, au lieu de tout quitter.

Photo © Louis Tardy

 

 

 

Dans la violence muette de la nuit, le Protocole est un guide rassurant pour qui sait le suivre.
Théo est assidu : le grade Gold sera bientôt à portée de main.
Aya, elle, fout la merde. Aya regarde ailleurs. Vers l’ouest, là où le soleil ne se lève plus.
Un jour, Théo retournera à Cordoue. Un jour, Aya déploiera des voiles immenses.
En attendant, leurs corps convulsent au rythme des basses. Ce qui brûle en eux jaillit par volutes.

Bloom est une création mêlant texte et danse contemporaine pour 4 interprètes.
Elle puise sa source dans les méandres de la Nuit et de la techno pour donner à voir une jeunesse en ébullition, à l’affût de l’étincelle, qui se laisse dériver en espérant renaître autrement et ailleurs.
Les filaments des quatre interprètes s’enroulent sur l’aliénation et l’émancipation étouffée ; sur l’abondance autant que la déliquescence des liens entre toutes choses. Aya et Théo sont le sacrifice autant que l’explosion de la vie : Bloom.

 

Auteur et metteur en scène : Charles Mounal
Chorégraphe : Alexane François
Interprètes : Chloé Dorémieux, Shirley Soa, Jonathan Lutumba, Antoine Ody
Costumes : Patrick Cavalier
Scénographie et décors : Julia Plassmann

Conventionné par le Ministère de la Culture / DRAC Ile-de-France, la région Ile-de-France, le département du Val-de-Marne et la ville d’Ivry-sur-Seine

 

Dates de répétitions au TAG

  • du 6 au 13 septembre 2021

 

Aya : C’est pour ça que le soleil se lève plus. La nuit c’est une digue.
Théo, il se redresse, suspendu à ses lèvres : Une digue ?
Aya : Une digue qui empêche l’incendie de déborder.
Théo : Et si ça déborde ?
Aya, se lève, exaltée : Si le soleil se lève, alors y aura plus rien pour contenir la vague. On se répandra
partout où la lumière se glissera. On débordera hors des caves, hors des hangars désaffectés, on
s’échouera sur le goudron, sur les plages et dans les crânes comme quand tu pètes une bouche à incendie l’été.