Le Manuscrit des chiens III : Quelle misère !

previous arrow
next arrow
Slider

 

 

 

Le vieux chien de bateau Haktor mène une vie paisible jusqu’au jour où le Capitaine Phosphore se met en tête de prendre un deuxième chien à bord, une chienne de surcroît ! L’existence d’Haktor prend une autre tournure une fois la chienne à bord. Elle lui prend sa nourriture, s’accapare sa place sur la couchette du capitaine et le harcèle jusque dans sa promenade quotidienne…

 

Le Manuscrit des chiens III : Quelle misère ! se présente comme une fable. Écrit en 1997, ce conte atypique pour enfants est représentatif de l’écriture de Jon Fosse, caractérisée par des jeux de répétition-variation, l’utilisation d’une langue poétique, polie et retravaillée au sein d’un modèle dramaturgique narratif.

Dans la trilogie du Manuscrit des chiens, Jon Fosse nous renvoie à des manifestations psychologiques liées à l’enfance ou l’adolescence, mais sans en parler de façon explicite. En effet les personnages ne sont pas des enfants, alors même qu’il est pleinement question de l’enfance. Ces comportements très « humains » apparaissent à travers des personnages de chiens domestiques, dont le rapport à leur maître est facilement transposable au rapport parents/enfants.
Ainsi, à travers des situations quotidiennes qui concernent des sensations naturelles comme la faim, les envies de faire pipi, le besoin de câlins… Jon Fosse nous parle évidemment des sentiments humains, ramenés à leur plus simple expression grâce au prisme de l’animal.
Cet anthropomorphisme du chien suscite d’ailleurs le comique de plusieurs situations dans les trois Manuscrits. Le chien comprend parfaitement ce que disent les êtres humains qui l’entourent, il raisonne comme un être humain et paraît souvent plus réfléchi et plus mature que ses maîtres. Néanmoins, il n’a pas la parole pour se faire entendre, et affectivement, il ne peut pas se passer d’eux. On ne peut alors s’empêcher de penser à l’état d’enfant.

Ces pièces permettent aux jeunes spectateurs de s’identifier au personnage tout en gardant la distance nécessaire dans laquelle l’enfant y met ses propres questionnements, angoisses ou désirs. Même si le sujet peut apparaître grave ou profond, il est rendu plus léger par le fait que le personnage est un animal.

« J’aime mes personnages même s’ils sont parfois maladroits. Aucun n’est jamais mauvais en soi. Les êtres humains n’ont pas un caractère défini… Ce n’est pas notre identité mais nos relations qui mènent nos vies. Et il n’y a pas d’autres formes d’art que le théâtre qui permette de représenter ce jeu de la communauté humaine. »
Jon Fosse

 

 


Amin Théâtre, "Le manuscrit des chiens" - Photo © angelle, graphisme © Timor Rocks !
Projet d’affiche 2021.


Tout public à partir de 7 ans. Durée : 1h.

Texte : Jon Fosse
(éd. de l’Arche, traduit du norvégien par Terje Sinding)

Mise en scène : Christophe Laluque
Avec Mathieu Desfemmes, Marc Soriano, Irina Solano / Laura Zauner (en alternance)

Production : Amin Théâtre.
Soutiens : DRAC Île-de-France – Ministère de la culture et de la communication
(cie conventionnée), Région Île-de-France, Conseil Départemental de l’Essonne.
En partenariat avec Les Résidences Yvelines Essonne.

 

 


 

extraits de presse sur la première création de ce spectacle
(l’amin théâtre a monté les 3 volets de cette trilogie de 2010 à 2014
Le Manuscrit des chiens II  : Quelle merveille ! 

« Jeu sobre et juste des quatre comédiens, à la fois personnages et narrateurs, gestuelle ­ramenée à l’essentiel, scène dépouillée, traversée par deux lignes lumineuses comme le tracé d’un chemin… Un théâtre sensible et fin. »
Françoise Sabatier-Morel, Télérama Sortir – TT, mai 2014

« Christophe Laluque déploie la fable merveilleuse de Fosse dans une atmosphère dépouillée et évocatrice, à l’univers sonore soigné, aux lumières habiles. (…) Ménageant toujours l’entre-deux, le flou, la suggestion, les intentions intelligemment dessinées de la mise en scène laissent entendre les multiples échos que déploie le texte et construisent au final un spectacle tout à fait réussi. »
Eric Demey, La Terrasse, mai 2014

Le Manuscrit des chiens I  : Quelle galère !

« De l’espace scénique à la prestation des acteurs qui ne jouent pas le texte, mais le “respirent dans toute sa vérité”, en passant par l’utilisation judicieuse et discrète de la vidéo, Christophe Laluque, se tenant délibérément au plus près de la sobriété de l’auteur, organise un spectacle choral tout palpitant de drôlerie et d’émotion. » 
Dominique Darzacq, Webthea, novembre 2012

« Premier volet de la trilogie du Manuscrit des chiens, ce récit plein d’humour de ­l’auteur norvégien Jon Fosse, est un régal d’intelligence, sur l’enfant, son désir de grandir, de liberté, son besoin inextinguible d’amour et ses paradoxes. Christophe Laluque met en scène Quelle galère ! avec une sobriété en totale cohérence avec le style et l’écriture simple de l’auteur et permet, de surcroît, avec le jeu parfaitement juste des trois comédiens, d’entendre au mieux le texte, de le rêver. Du très beau théâtre ! »
Françoise Sabatier-Morel, Télérama Sortir – TTT, juillet 2014
 


 

Dates
  • Grigny (91), les jeudis du TAG, le 20 août 2020
  • Grigny (91), place de l’Ellipse à 17h, le 13 octobre 2020
  • Vigneux (91), 30 janvier 2021, précisions à venir