Mirad, un garçon de Bosnie

previous arrow
next arrow
Slider

Mirad, un garçon de Bosnie raconte l’histoire d’un garçon à la recherche de ses parents disparus pendant la guerre civile de Bosnie. Mais Mirad est une histoire de tous les temps. Elle est écrite pour tous ceux qui se trouvent victimes des guerres qui dévastent notre planète. Et elle s’adresse à nous qui avons la chance d’être épargnés.

Dans la version #1 de Mirad, l’Amin Théâtre proposait une forme brute dans laquelle les comédiens plongeaient le spectateur dans l’imaginaire de la guerre par la seule force des mots et du jeu. Si ce dispositif permettait à la pièce d’être jouée partout où cette parole constitue une nécessité, il intègre dans cette version #2 une forme scénique dans laquelle la scénographie, la musique et les lumières apportent au spectacle une dimension onirique.

 




Texte : Ad de Bont (trad. Jan Simoen, l’Arche éditeur)
Mise en scène : Christophe Laluque
Regard extérieur : Simon Pitaqaj
Avec Robin Francier, Serge Gaborieau, Chantal Lavallée et Céline Liger
Scénographie, lumières : Franz Laimé
Musique : Nicolas Guadagno

Photos et graphisme : Timor Rocks !

Soutiens : DRAC Île-de-France – Ministère de la Culture et de la Communication (Cie conventionnée – compagnonnage), l’État – Politique de la Ville, Région Île-de-France, Départements de ­l’Essonne et de la Seine-et-Marne, ville de Grigny, Fondation de France, Théâtre du Menteur, Le Colombier – Langaja, Arcadi Île-de-France, Spedidam.

 


 

Presse

Les comédiens plongent les spectateurs dans la dureté de la guerre par la force des mots et du jeu. […] Le but de la pièce n’est pas seulement de raconter l’histoire d’un réfugié politique, mais aussi de permettre au spectateur de se mettre à sa place. De comprendre ses émotions, ses craintes, son exil. C’est aussi un rappel. Celui de la chance que nous avons de vivre en paix.

L’Humanité, août 2017. Lire tout l’article…

Voir aussi une toute dernière revue de presse  sur cet article


 

Dates 2018
  • Maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, 14 février*
  • Festi’Val Bri’Art (Marles-en-Brie, 77), 12 et 13 avril
  • Médiathèque Marguerite Duras (Paris 20), 16 mai*
  • Médiathèque Melville (Paris 13), 23 mai*
  • Paris, Théâtre Dunois, du 30 mai au 3 juin
  • Médiathèque Françoise Sagan (Paris 10), 2 juin*
  • Sainpuits (89), 16 juin*
  • Avignon Off, Artéphile, du 6 au 27 juillet à 14h05 (relâche le dimanche)

* Version #1 du spectacle.


 

Cliquez pour visionner des extraits vidéo