Compagnies associées et en résidence

Slider

 

L’Amin Théâtre a proposé à deux autres metteurs en scène dirigeant une compagnie en Essonne d’être associés à la vie du lieu : Simon Pitaqaj et le Liria Theatër ainsi que François Chaffin et le Théâtre du Menteur.
Par ailleurs, le TAG accueille, pour une période déterminée, des artistes pluridisciplinaires engagés dans un travail autour du langage contemporain. Ces derniers partagent des temps de leurs créations et de leurs répétitions avec le public.
Toutes les dates de répétitions publiques ou de restitutions sont à prix libre !

Pourquoi des compagnies associées (et pourquoi celles-ci) ?

  • Pour constituer une communauté de pensée.
  • Pour se réunir sur quelque chose d’immatériel mais de fondamental : ce que nous pouvons, ensemble, imaginer à partir d’un lieu de fabrique artistique.
  • Pour développer un espace de liberté au service de nos désirs artistiques (communs ou séparés).

Je sais, chez ces deux compagnies, l’enthousiasme et la force de désir et d’imagination capable d’inventer des objets singuliers, curieux, surprenants, voire inconvenants et dérangeants…

Que le TAG permette de donner vie à nos rêves artistiques, de tester des trucs, de nous planter, de faire des fêtes inoubliables, de donner envie aux gens de venir en nombre boire de la poésie et du théâtre… !

Au programme, il y aura donc des rencontres, des spectacles, des répétitions ouvertes, des jeux, des agapes, des festivals, des artistes venus d’ailleurs…

Christophe Laluque


 

Agenda des compagnies associées
  • L’année 2020 s’ouvre au TAG : Reptile, etc !

    C’est la rentrée au TAG et nous accueillons en résidence Mathieu Touzé ainsi que le Théâtre du Menteur : François Chaffin commence à répéter Reptile, sa prochaine création qui portera sur les affres de l’amour…   — J’aurais tellement aimé te bouleverser. Être bouleversé(e) par toi… J’aurais préféré ça à l’amour… non… si… enfin… j’exagère…   Je viens d’achever l’écriture de Reptile, un texte qui aborde le désordre amoureux (son mouvement, sa force, Eros et Thanatos, les pulsions de vie et de mort…), avec l’espoir d’en représenter l’énergie, la folie et l’humour. Je souhaite créer et jouer ce spectacle sous la forme d’un alliage entre théâtre et concert, à l’horizon 2021. François Chaffin     Dates au TAG du 8 au 10 janvier 2020 : répétitions de Mathieu Touzé et sa compagnie les 9 et 10 janvier 2020 : répétitions de François Chaffin et sa cie le Théâtre du Menteur   Pour en savoir plus sur Reptile : site de la compagnie.    

  • Le rêve d’un homme ridicule, Liria Teäter en résidence au TAG

    Simon Pitaqaj, artiste associé au lieu, est en répétition au TAG pour sa nouvelle création Le rêve d’un homme ridicule, qui sera présenté au Théâtre de Corbeil-Essonnes en mars 2020.           Simon Pitaqaj et Dostoïevski ? C’est une évidence pour qui a eu l’occasion de le voir jouer ou mettre en scène. Comme son aîné, Simon Pitaqaj est possédé par une énergie fiévreuse et inquiète et ils sont tous deux obsédés par la plaie lancinante et jamais guérie du mal, de la méchanceté humaine, qui jette les sociétés dans des affrontements et des guerres aussi sanglants qu’absurdes. Après avoir réalisé une adaptation mémorable des Carnets du sous-sol pour la scène (L’Homme du sous-sol), Simon Pitaqaj interroge un autre chef-d’œuvre de Dostoïevski : Le Rêve d’un homme ridicule, conte extrait du Journal d’un écrivain en 1877. Un homme, ridicule donc, enfermé dans le sentiment de sa médiocrité, veut se donner la mort, mais il s’endort épuisé. Dans son rêve, il réalise son suicide, se retrouve enfermé dans un cercueil, dont il est tiré par un mystérieux homme noir. Ce dernier le guide à travers l’espace nocturne jusqu’à une planète qui évoque le paradis ou l’Éden et dont la vision l’emplit d’un immense bonheur. Mais ce rêve n’est sans doute pas seulement l’expression d’un désir intérieur, puisque sa présence dans cet Éden provoque une contamination qui rappelle les épidémies créées par la colonisation, et que ce monde neuf et pur ne tarde pas à connaître la chute, à s’enfoncer dans la laideur et le péché… Ce texte majeur est d’une telle richesse et complexité que son sens est loin d’être épuisé ; il brasse des questions essentielles telles que la contagion du mal, la liberté et le désir de servitude, l’opposition entre science et amour. Alors que le récit de rêve semblerait imposer le monologue, le parti pris de ce projet est de faire vivre (et mourir) ce songe ou cette vision, à plusieurs voix, c’est-à-dire dans une configuration théâtrale et polyphonique, qui n’enferme pas le spectateur dans une vision unique communiquée par un soliloque, mais lui laisse la liberté de confronter les différentes paroles. Jean-Baptiste Evette, écrivain, dramaturge.   Texte de Fédor Dostoïevski Adaptation et mise en scène : Simon Pitaqaj Avec Denis Lavant, Arben Bajraktaraj, Santana Susnja, Valéria Dafarra, Jeanne Guillon Verne, Gaëtan Poubangui et SéraphinRousseau Collaboration à la dramaturgie : Jean-Baptiste Evette Chorégraphie et travail corporel : Cinzia Menga Lumières: Flore Marvaud Création sonore : Liburn Jupolli Costumes : Vjollca Bega Décors : Franck Oettegen Production : Compagnie Liria. Co-production : Théâtre de Corbeil-Essonnes, antisthène production, Villa mais d’ici.En partenariat avec Amin théâtre – le TAG, Théâtre Le Colombier. La CIE LIRIA est en résidence au Théâtre de Corbeil-Essonnes et associée au TAG (Théâtre à Grigny). Depuis 2018, elle est en Résidence Territoriale Artistique et Culturelle en Milieu Scolaire (Dispositif DRAC IdF) Corbeil et en résidence à la Villa Mais d’ici (Aubervilliers). Elle est soutenue par le Conseil départemental de l’Essonne ainsi que la Région Île-de-France dans le cadre d’une Permanence Artistique et Culturelle. Théâtre À partir de 15 ans   Dates au TAG Du 18 au 22 novembre 2019 : répétitions Du 3 au 14 février 2020 au TAG : répétitions     Le rêve d’un homme ridicule sera présenté au Théâtre de Corbeil-Essonnes du 10 au 14 mars 2020.    

  • 51 mots pour dire la sueur, le Théâtre du Menteur en résidence au TAG

    François Chaffin vient répéter son spectacle 51 mots pour dire la sueur le mercredi 6 novembre au TAG avant une dernière pour la route à Bagneux.           Aujourd’hui plus que jamais le travail fait parler de lui : il agit sur les individus comme sur les sphères politiques, économiques, médiatiques, sociales, tant il se métamorphose (et nous avec), se raréfie, se fragmente, se délocalise et se perd… bref, il nous hante !  Le XXIe siècle sonne-t-il le glas du travail tel que nous le connaissons ? Farce poétique et politique mariant mots, gestes et musiques, 51 mots pour dire la sueur travaille les registres de la narration avec une insolence sensible et le sens du rythme. Charriant la question de notre existence face à la brutalité du travail tel qu’il s’impose à nous, le spectacle se veut une vision expressionniste et débridée sur l’urgence de réfléchir ensemble aux fondations d’un nouveau modèle social qui ne ferait pas du travail l’élément dominant du « vivre ensemble »….   Texte et mise en scène : François Chaffin Théâtre À partir de 15 ans   Dates au TAG le 6 novembre 2019 : répétitions     51 mots pour dire la sueur sera présenté au Théâtre Victor Hugo (Bagneux) samedi 16 novembre 2019 à 20h30. En complément de programme, exposition La gueule de l’emploi, un atelier Chaffin (écriture) + Timor (photographies) avec des jeunes de Bagneux. Pour en savoir plus : site de la compagnie.    

  • Liria Teatër présente Caravansérail / Légende urbaine au TAG

    Liria Teatër, compagnie associée au TAG, propose une première soirée de restitution de sa résidence d’auteurs à Grigny :  Caravansérail / Légende urbaine.   Mise en voix des textes de la résidence par les comédiens de la compagnie Liria. Avec Jeton Neziraj (kosovar), 
Jean-Baptiste Evette (français), 
Alexandre Sredojevic (franco-serbe).     En deuxième partie de soirée, à 20h30, représentation du travail du Groupe 13 de l’EDT91 (classe préparatoire à l’enseignement supérieur en art dramatique en Essonne) : La guerre au temps de l’amour, de Jeton Niraj, mise en scène Simon Pitaqaj Entrée libre. Vendredi 14 juin à 18h (1re partie) et 20h30 (2e partie).    

  • Liria Teatër présente Les Mamans Courage au TAG

    Liria Teatër, compagnie associée au TAG, présente Les mamans courage. Dans le cadre de l’atelier d’écriture « De l’oral à l’écriture et de l’écriture à l’oral », en partenariat avec le Théâtre de Corbeil Essonne.     Accompagnées du conteur Simon Pitaqaj, les « mamans » du quartier des Tarterêts prennent la parole pour raconter leur pays, la famille, les villages, l’arrivée en France, les quartiers, les enfants, leur éducation et leur avenir entre la France et le Mali. C’est aussi une rencontre de culture entre Le Kosovo (dont Simon Pitaqaj est d’origine), la France le pays d’accueil et le Mali. Nos histoires de pays, nos souvenirs, se ressemblent, nos contes et légendes se croisent et se répondent. C’est unvoyage onirique dans notre enfance dans un passé qui paraît loin maistoujours vivant dans nos cœurs. Ensemble, nous raconterons ces fragments de vies de nos pays d’origine et de notre pays d’accueil: des récits du quotidien, les traditions, la famille, les enfants… Tout cela est raconté avec humour, joie, danse et chant. Avec Marie-Jeanne Keita, Bintou Camara, Rosalie Mariko, Kadiatou Camara, Diarra Korian, Aissata et Adiaratou Doucassy. Dirigé par Simon Pitaqaj, assisté par Santana Susnja. Vidéo Bertrand Pacquez. Débat et rencontre à l’issue de la représentation. Repas offert. Tarif : entrée libre sur réservation. Mercredi 20 mars à 16h, durée 1h00.    

  • Double restitution publique au TAG

    L’Amin Théâtre vous invite au Tag vendredi 25 janvier 2019 pour une double programmation. En première partie, à 18h30 au foyer, ce sera Voie du théâtre, restitution d’un projet mené par un groupe de personnes détenues de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis de septembre 2018 à janvier 2019, en partenariat entre l’Amin et le SPIP 91.  Plus de détails sur cette action… Puis à 19h30 dans la grande salle, 51 mots pour dire la sueur, de François Chaffin : avant-première de cette farce poétique et politique sur le travail, à l’issue d’une résidence de création du Théâtre du Menteur, compagnie associée au TAG . Plus de détails sur les compagnies associées…  Plus de détails sur ce spectacle…    


Agenda des compagnies invitées en résidence
  • Billy la Nuit, Les Nuits Claires en résidence au TAG

    Librement inspiré du conte Ole Ferme-l’œil d’Andersen, Billy la nuit débarque au TAG !            Billy va dormir seule cette nuit. Son père doit partir travailler, toute la nuit. Mais pour sa fille, il a tout préparé : le repas, au frigo, la brosse à dents sur l’évier, et pour l’histoire du soir, Billy n’aura qu’à appuyer sur « play » et elle écoutera l’histoire du soir… avant de s’endormir jusqu’au lendemain où son père rentrera pile pour la conduire à l’école ! Sauf que Billy, la nuit, n’est pas seule. Sa chambre s’anime, se transforme et laisse place à Ferme l’œil… Un désir formel ou plutôt des désirs formels sont à l’origine de ce spectacle. J’écris souvent avec – dirais-je – une bande son dans la tête – et je souhaitais, cette fois, placer le dispositif scénique en amont de l’écriture, et au centre. J’imaginais une situation où un personnage, seul (dans sa chambre par exemple), était aux prises avec toutes sortes de couinements, éclats de voix, craquements, toutes sortes de bruits qu’il n’identifie pas et qui ouvrent ses craintes et son imaginaire – le nôtre aussi – conviant le fantastique au cœur de la fable. En miroir à ce personnage mutique et esseulé, je souhaitais, par moments, que ce dernier quitte le plateau, laissant le spectateur seul à son tour, en tête à tête avec cette chambre donc, vide, désertée, béante. Et, dans ce vide, dans cette absence qui appelle le retour du protagoniste, les objets se mettent à vivre. Ainsi est né Billy la nuit !   Texte : Aurélie Namur Mise en scène : Aurélie Namur Co-mise en scène : Ana Zamore Distribution : Nicolas Pichot et Aurélie Namur Production : les Nuits Claires (Cie conventionnée par la Région Occitanie). Coproductions : l’AMIN THEATRE / TAG de Grigny, le Parvis Scène Nationale Tarbes Pyrénées, la Scène Nationale d’Homécourt, le Théâtre Jacques Cœur – ville de Lattes, le Chai du Terral- Saint-Jean de Védas, la Ville de Pézenas et le centre ressources Molière. Soutiens : Théâtre de la Vista – ville de Montpellier, Scène Conventionnée Art Enfance Jeunesse Eveil Artistique d’Avignon, Festival Momix, La passerelle – ville de Jacou, le Théâtre Jérôme Savary – Villeneuve-les-Maguelone et le Théâtre des 13 vents CDN Montpellier – Accueil en Studio Libre.   Dates au TAG Du 9 mars au 19 mars 2020 : répétitions 7 mars 2020 : présentation à deux classes de CE2 de l’école élémentaire Gérard Philipe (Grigny)    Pour en savoir plus : site de la compagnie.  

  • Le cerf et le chien, Collectif Maquis’arts en résidence au TAG

    Première étape de travail au TAG pour le collectif Maquis’arts !            Lors d’une chasse en forêt, un cerf, poursuivi par une meute de chiens, déboule à bout de forces dans la cour de la ferme où vivent Delphine et Marinette à qui il demande refuge. Le chien de tête arrive à son tour et flaire la cachette du cerf. Apitoyé par l’imploration des deux fillettes, le chien se laisse fléchir et renonce à débusquer le cerf. La meute qui le suit, les prévient-il, n’aura pas le cœur si tendre et n’hésitera pas à mettre à mort le cerf. L’ingéniosité du chat permet cependant de lui sauver la vie. Le soir même, le chat propose au cerf de s’employer à la ferme et de trouver ainsi une vie tranquille et sereine. Mais très vite, l’appel de la forêt taraude le cerf. Ce conte plein d’humour, de poésie et de tendresse, met en scène trois personnages : le cerf, le chien et le bœuf. Chacun va être confrontés à la question de la Liberté. Le chien de chasse devra choisir entre son devoir et son humanité. Condamné à une vie de labeur, le bœuf, au contact du cerf, se mettra à rêver à la vie sauvage. Le cerf enfin, devra choisir entre la vie domestiquée et « serf-vile » et une existence libre dans la forêt mais constamment menacée de mort. Le dispositif scénique prend la forme d’un concert rock permettant à un jeune public d’éprouver très directement les sensations de liberté, de joie de vivre, d’insoumission qui sont au cœur du conte Le cerf et le chien.   Mise en scène : Valérie Antonijevich Création musicale : Xavier Ferran Lumières : Simon Desplébin Distribution : Xavier Ferran, Juliette Flipo, Mélanie Le Moine, Toma Roche Soutiens : Ville d’Aubervilliers, Manufacture de la Chanson, Centre d’animation La Nouvelle Athènes Les Contes du Chat perché sont publiés aux éditions Gallimard.   Dates au TAG Du 2 mars au 7 mars 2020 : répétitions  5 mars 2020 : sortie de résidence devant deux classes de CM1 de l’école Jean Perrin (Grigny)  Du 25 mars au 31 mars 2020 : répétitions    Pour en savoir plus : site de la compagnie.  

  • Les endormies, Cie Les Libres étendues en résidence au TAG

    La compagnie Les Libres Etendues s’installe au TAG pour sa première création théâtrale Les Endormies (titre provisoire).           Les endormies est un duo de danse-théâtre explorant la vie du corps endormi. Si elle est quotidienne, l’expérience du sommeil est surtout insaisissable. Indompté (indomptable ?), le sommeil nous conduit quelque part : vers les paradoxes et les possibles. Où qu’il dorme, l’endormi s’échappe vers un espace de mystères et de liberté : depuis les territoires que cachent ses paupières closes, il s’affranchit de l’ordre de la veille ; il n’est ni producteur, ni consommateur et oppose au monde effréné une autre manière d’être.  Le spectacle propose une plongée dans cette interzone des transformations où se révèle un espace poétique et engage une réflexion sur nos quotidiens et la place que nous concédons à nos vies intérieures. .   Mise en scène : Esther Meunier Corfdyr Giuseppina Comito : interprète Amandine Grousson : interprète Emmanuel Fleury : photographe Alice Boivin : collaboratrice artistique Soutiens : dispositif Acte et Fac   Dates au TAG Du 24 février au 29 février 2020 : répétitions Mercredi 26 février 2020 : sortie de résidence à l’occasion de la présentation publique du projet TANDEM mené à la Maison d’arrêt de Fleury-Mérogis Du 9 mars au 15 mars 2020 : répétitions Du 1er mai au 5 mai 2020 : répétitions       

  • Lao, le collectif I am a bird now en résidence au TAG

    Le collectif I am a bird now s’installe au TAG pour répéter une adaptation en petite forme in situ de Lao (J’en rêve, viens me chercher), un spectacle pluridisciplinaire qui s’attache aux pas de Madame Chang.           Madame Chang, vieille dame laotienne, finit sa vie dans une maison de retraite de la banlieue parisienne. Elle est là depuis quelques années, loin des siens, loin de tout. Entourée de personnes dont elle ne parle pas la langue. Elle ne cède pourtant pas à l’enfermement et ne cesse de tenter l’échange par une surprenante chorégraphie gestuelle. Nous partons à la recherche de son histoire pour essayer de lui redonner un territoire. Nous enquêtons, rencontrons les traducteurs et les témoins d’une improbable vie d’exilée. Entre réel et fictions, nous suivons les cheminements de sa mémoire, de sa vieillesse à son enfance.   Conception :  Daniela Labbé Cabrera et Aurélie Leroux  Performance : Cécile Robin Prévalée et Daniela Labbé Cabrera Création vidéo : Franck Frappa Soutiens : Mairie de Paris, Région Île-de-France, Drac, CD91   Dates au TAG En résidence du 17 février au 25 février 2020 25 février 2020 : présentation à deux classes de CM1 de l’école Jean Perrin (Grigny)      Pour en savoir plus : site de la compagnie.    

  • La compagnie La chevauchée en résidence au TAG

    Vacances d’hiver au TAG : premières étapes de travail pour la compagnie La chevauchée…           Avec quels nouveaux personnages et quels actions pouvons-nous essayer de raconter des récits qui nous aident à vivre sur terre ? Comment faire entrer de nouveaux personnages dans nos histoires imaginaires et réelles ? Nous proposons de suivre ici la rencontre d’un champignon, d’un arbre, d’une coyote et d’une zadiste. Ils vont tenter de cohabiter, comprendre qui ils sont pour les autres, et peut-être se rendre compte qu’ils ont des choses en commun à défendre, des envies de vivre qui prendraient soin de chacun d’eux.   Mise en scène : Mathieu Barché Jeu : Anaïs Marie Mazan, Giulia Deline, Arnaud Vrech Costumes / masques : Nathan Gauthier Administration : Agathe Perrault Soutiens : Studio Théâtre de Vitry, ITEP de Vitry sur Seine   Dates au TAG En résidence du 17 au 22 février 2020     Pour en savoir plus : site de la compagnie.    

  • Drag-Princess, la Cie Ketukroa en résidence au TAG

    La Cie Ketukroa s’installe au TAG pour répéter Drag-Princess, un spectacle qui permet au spectateur de voyager sans barrière de genre.           Drag-Princess est un spectacle qui questionne les images et les modèles que l’on se construit en grandissant, sous l’influence des autres et de son environnement.  Au départ du texte, une information est donnée aux spectateurs : « Pour Théo et pour faire honneur à ses jeux et ses pensées, l’autrice décide de conjuguer au féminin tous les participes passés et les adjectifs qualificatifs le concernant, dans les répliques des narratrices lorsqu’elles (n’imitent pas d’autres personnages) ainsi que dans certaines répliques de Théo lui-même. » Sur le plateau, une ancienne chambre d’enfant, de vieux jouets abandonnés s’animent et nous racontent l’histoire de Théo, qui aime dans ses jeux et ses pensées l’idée d’être une fille. Tout au long du spectacle, le périple initiatique suivi par le héros est ponctué de rencontres avec des femmes qui vont lui permettre de mieux comprendre et d’accepter sa nature.     Lola Marchais, écriture et mise en scène  Elie Destouches, comédienne et marionnettiste  Silivia Destouches, comédienne et musicienne  Justine Grange, comédienne, danseuse et nordiste  Alix Leroux, comédienne  Simon Perotti, comédien  Blanche Petit, comédienne   Dates au TAG En résidence du 24 au 27 janvier 2020 27 janvier 2020 : présentation à deux classes de CM2 de l’école Dulcie September (Grigny)      Pour en savoir plus : Facebook de la compagnie.    

  • Je suis TIGRE, Groupe Noces Danse Images en résidence au TAG

    Florence Bernad est en résidence au TAG pour sa nouvelle création sur la migration.           Je suis TIGRE est un spectacle jeune public sur le thème de la migration. Par le biais d’un dessin géant exécuté en direct par une acro-danseuse et un acrobate, la chorégraphe désire aborder de manière simple et visuelle les questions liées à la migration que peuvent se poser les enfants, tout en instaurant une distance avec les thèmes proposés. L’objectif de Je suis TIGRE est aussi de réagir à un discours raciste, violent et décomplexé concernant les étranger.ères et plus particulièrement les migrants.es.  Comme dans les autres spectacles de Florence Bernad, le mouvement acrodansé sera brut et virtuose et associé au texte d’Aurélie Namurr enregistré sur une bande son. Depuis 2013, la chorégraphe Florence Bernad et l’autrice Aurélie Namur travaillent ensemble. Je suis TIGRE est leur quatrième collaboration.     Propos, chorégraphie et mise en scène : Florence Bernad  Assistant chorégraphie : Gypsy David Dessin : Anaïs Massini  Texte : Aurélie Namur  Acro-danseurs.euses : Maria Pinho et Simo Mohamed Nahhas, Maria Petukhova et Antonia Arbués  (équipe de reprise)  Lumière : Nicolas Buisson  Décor : Ber Caumel  Costumes : Bernadette Parot  Soutiens : Le Groupe Noces Danse Images est conventionné par la région Occitanie et soutenu en fonctionnement par la ville de Montpellier (34). La cie est Artiste Associée à la Friche Mimi – Lavérune (34). Je suis Tigre – Danse Cirque est coproduit par l’EPCC la Barcarolle / Arques (62) – par la communauté d’Agglomération Pays Basques / Kultura Bidean / Art, Enfance, Jeunesse – par Hérault Culture – par le service culturel de la Ville de Montpellier Montpellier et accompagné par la Drac Occitanie en Aide à la création et la Spedidam. Accueil studio par Le Totem – Scène Conventionné Art, Enfance, Jeunesse –Avignon (84) et le Lieu Danse – Les Angles (30), Le TAG – Grigny (91) La Friche Mimi – Lavérune (34).   Dates du 14 au 19 janvier 2020 : en résidence au TAG Création le 27 janvier 2020 à l’EPCC La Barcarolle – Arques (62)     Pour en savoir plus : site de la compagnie.    

  • Europe by Bidon, un tournage au TAG

    Pendant une semaine, l’équipe White Star et le réalisateur Samuel Albaric seront au TAG pour réaliser le tournage préparatoire du court-métrage documentaire Europe by Bidon (titre provisoire) avant de mener tout un travail d’animation 2D, 3D et de rotoscopie.           Europe by Bidon est un projet de documentaire animé qui fait le portrait d’un migrant. Biodun est nigérian et il raconte comment il a survécu à son voyage à pied entre Lagos et Paris grâce à un bidon de 5 litres et une bonne dose de courage. Eloquent et volubile, il s’exprime comme un griot qui aurait emprunté son accent à James Brown. Dans ce documentaire animé, il décrit les évènements vécus comme des aventures extraordinaires…   Distribution : en cours Société de production : White Star Soutiens : Ville de Paris, France 3 et Pictanovo   Dates à Grigny du 9 au 13 décembre 2019 : tournage au TAG le 9 décembre 2019 : présentation d’un plateau de tournage à la classe de 5e G du collège Sonia Delaunay (Grigny)   Pour en savoir plus : site de la production.    

  • Louise au paradis, Rodéo Théâtre en résidence au TAG

    La Cie Rodéo Théâtre travaille Louise au paradis (titre provisoire) au TAG. La compagnie se rendra à l’EHPAD Le Bois-Joli (Grigny) le vendredi 15 novembre 2019 pour échanger avec les personnes âgées sur leur rapport à l’art pendant l’enfance.           Louise va fêter ses 100 ans le jour de Noël, au Paradis, la maison de retraite où elle vit depuis un certain temps. Un jour, elle rencontre une petite fille qui elle va en avoir 10. Celle-ci est la fille d’une aide-soignante qui travaille au Paradis. Louise va entreprendre de s’exfiltrer de la maison de retraite avec l’aide de la jeune fille afin de retrouver la maison de son enfance. C’est cette évasion et les aventures qui les accompagnent qui seront le centre de cette histoire. Plusieurs thématiques affleurent. La première est la question du « prendre soin » au sens anglais du terme « care » qui est sans doute plus vaste. La seconde est la notion de dépendance des personnes âgées comme celle des enfants, qui se lie automatiquement dans ma tête à la dramaturgie de la marionnette. Enfin, nous aimerions célébrer les différentes manières de voir et/ou lire le monde.   Texte : Mike Kenny Mise en scène : Simon Delattre Marionnette Jusqu’à 100 ans et plus   Dates au TAG du 12 au 16 novembre 2019 : en résidence  vendredi 15 novembre : échange à l’EHPAD Le Bois-Joli (Grigny)     Pour en savoir plus : site de la compagnie.    


L’Amin Théâtre est soutenu par la DRAC IDF, la Région IDF, le conseil départemental de l’Essonne, la DDCS, l’Académie de Versailles, l’agglomération Grand Paris Sud, la ville de Grigny, la Préfecture de Police, le SPIP91, la CAF et Les Résidences.
[/su_pullquote]