Théâtre du Menteur

A travers l’écriture de son auteur en scène, la compagnie cherche à donner une vision singulière, métaphorique et sensitive des liens généreux et destructeur qui relient entre eux les hommes, et les hommes avec le monde…

Entretiens avec la mer

Auteur en scène et lumière — François Chaffin
Guitares et musiques machinales — Benjamin Coursier, Olivier Métayer, Nicolas Verger
Jeu — Serge Barbagallo, Thierry Barthe, Rebecca Bonnet, Julien Defaye,
Céline Liger et les acteurs Japonais du Kaze
Esthétique sonore — Denis Malard
Communication graphique —Timor Rocks !
Production et diffusion — Elodie Couraud

Entretiens avec la mer - Théâtre du MenteurEntretiens avec la mer est une pièce catalogue, une collection incarnée de ces pensées irrationnelles et
improbables, une batterie de haut-parleurs pour tenter d’émettre au théâtre l’étrange remous des profondeurs qui charie quotidiennement nos incertitudes.
C’est la vase dans quoi se poussent nos racines.
C’est la “mise à mots” de nos dessous insensés, nos sables émouvants, nos enfouissements tranquilles, un petit coup de lampe torche sur nos cavernes ordinaires…
Une anatomie (forcément incomplète) de l’intime !
Ce ne sont pas des dialogues, des messages ni des argumentaires, ce sont des flux rythmiques et mélodiques s’écoulant de nos bouches comme par accident, des monologues intérieurs qui auraient trouvé par hasard le chemin de la voix, qui auraient vu la lumière, comme des créatures sorties de nos tanières.
Pensées sourdes, boiteuses, déraisonnables, absurdes, simples ou non, inconcevables quand elles s’échappent hors de nous et se confrontent au monde des autres.
Elles sont écho des sens, éloquence primitive, intuitions articulées, mystères qui se flétrissent à la première explication.
Ils ne faut donc pas les expliquer.
Pensées folles ; il faut les laisser parler, les laisser jouer, inventer ce monde qui n’existe qu’en nous, pour nous et par nous, tous démiurges sans le savoir, tous persuadés de vivre la seule réalité qui soit, alors que nous sommes peut-être chacun les objets de l’imagination d’un autre… ou les marionnettistes de tout ce qui nous entoure !
Serions-nous chacun l’unique survivant ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *